Agenda

Les séminaires du Centre de Recherche sur l’Espagne Contemporaine ont lieu traditionnellement l’avant-dernier ou le dernier vendredi du mois, d’octobre à juin (17H-19H).

Calendrier des séances 2018-2019

  • 12 octobre : rentrée
  • 23 novembre : Ferrán Archiles (Universidad de Valencia), « La comunidad imaginada como red. El caso español como ejemplo en época contemporánea ».
  • 14 décembre : Andrés Rodriguez Monteavaro (Doctorant Paris 3 / U. de Oviedo), « Dogmas y crisis. Las problemáticas metodológicas e historiográficas en los estudios de género y sexualidad a través de la ropa interior masculina ».
  • 25 janvier : David Marcilhacy (U. Paris Sorbonne).
  • 22 février : Teresa Nogueroles (Doctorante U. Sorbonne Nouvelle) et Laura Orts Cayuela (Doctorante U. de Jaén)
  • 22 mars : Françoise Taliano-Des Garets (Sciences Po Bordeaux), « Arts et réseaux culturels au XXe et XXIe siècle : des affinités artistiques à la professionnalisation ».
  • 19 avril : David Becerra Mayor (Université de Louvain), « Memoria social secuestrada. Creando red desde las redes »
  • 24 mai : Lisa Garcia (Doctorante Paris 3).
  • 28 juin : Olivier Raymond  (Doctorant Paris 3), « Violences rhétoriques et réseaux médiatiques sous le gouvernement Zapatero ».

Planning de la salle A210 de la Maison de la Recherche


Thématique pluriannuelle 2017-2022
Les réseaux : (d)écrire les liens, (dé)construire les structures.

La question des antagonismes, qui constituait notre thématique précédente, a fait apparaître des zones de porosité et de transferts là où semblait s’imposer la binarité d’oppositions tranchées. En effet, ce n’est que récemment que les historiens et plus largement les spécialistes du domaine hispanique ont commencé à étudier ces zones grises, qu’à leur échelle les réflexions du CREC ont mises au jour en dépassant certains antagonismes.
Dans ces zones grises, nous avons pu constater l’existence de réseaux très actifs mais auxquels il n’a pas été prêté attention jusqu’à présent parce que relevant de faits et de pratiques culturels considérés comme marginaux ou mineurs.
L’histoire culturelle à laquelle reste attaché le CREC s’avère être le cadre pertinent pour explorer ces phénomènes de circulation, transferts et constitution en réseaux

Il s’agira donc pour nous de cartographier les parcours, les liens, les traces, autrement dit les réseaux qui se tissent de façon plus ou moins éphémère autour d’une œuvre, d’une notion, d’une personne (artiste, homme politique, écrivain) puis dans un second temps d’analyser comment à un instant T ils configurent des ensembles signifiants, des dispositifs, des trames, soit un paysage culturel en mouvement.

Le déroulement des activités liées à cette thématique peut être consulté dans l’agenda des séminaires mensuels et dans les annonces des manifestations.